https://www.sedlex.fr

Les demandes divisionnaires


> Les brevets en France > La procédure de délivrance > Le dépôt d’une demande française > Quelques dépôts particuliers

Chapitre 1. Les effets de la division

Section 1.1. Bénéfice de la date de dépôt antérieur

La division d’une demande de brevet français permet de déposer une demande de brevet en bénéficiant de la date de dépôt d’une autre demande française, i.e. la demande “mère” (L612-4 CPI, alinéa 2).

Section 1.2. Constitution du dossier

Lors de la division, le dossier de la demande divisionnaire est constitué par le dossier de la demande antérieure (R612-35 CPI, alinéa 3).

Néanmoins, si la demande divisionnaire est restreinte, seule la description “restreinte” sera accessible dans ce dossier (R612-35 CPI, alinéa 3).

Chapitre 2. L’utilité des demandes divisionnaires

La division est utile principalement dans l’hypothèse où une de vos demandes contiendrait plusieurs inventions et que Examinateur a soulevé un “défaut d’unité d’invention” (L612-4 CPI, alinéa 2) : certaines inventions ont dû être abandonnées afin que l’examen puisse se poursuivre, mais pour autant, vous souhaitez protéger ces inventions.

Le dépôt d’une demande divisionnaire est tout indiqué dans cette situation.

Chapitre 3. Condition pour diviser une demande de brevet

Section 3.1. Les conditions de fond

3.1.1. Description et dessins

Lors d’une division, deux options sont ouvertes au demandeur (R612-35 CPI, alinéa 2) :

Ainsi, il n’est pas possible d’ajouter un quelconque contenu à la demande.

3.1.2. Revendications

Les revendications doivent toujours être supportées par la description (L612-6 CPI, deuxième phrase).

Section 3.2. Les conditions de forme

3.2.1. Types de demande mère

Toute demande française peut être divisée.

Une demande de certificat d’utilité ne peut pas être divisée en demande de brevet (Directives d’examen de l’INPI, I-B III.2) : seule une division en certificat d’utilité est possible.

Demandes divisionnaires

Demandes divisionnaires

Comme le montre le schéma précédent, il est tout à fait possible (Directives d’examen de l’INPI, I-B III) :

3.2.2. Demande mère en instance

Au regard de la lettre de L612-4 CPI, R612-34 CPI et R612-35 CPI, seule une demande de brevet (i.e. en instance) peut être divisée.

Ainsi, il semble possible de diviser :

3.2.3. Demande mère à considérer

Dans l’hypothèse d’une division en cascade (i.e. A est divisé en B, et B est divisé en C), pour vérifier si la demande mère de C est en instance (cf. conditions précédentes), il faut regarder la demande A (Directives d’examen de l’INPI, I-B III.2).

Division en cascade et demande mère à considérer

Division en cascade et demande mère à considérer

Cette interprétation de l’INPI est très surprenante, car c’est exactement l’inverse de la position européenne (je serai intéressé de connaitre la base légale permettant à l’INPI de prendre cette position)…

Cette position est même en contradiction avec le fait que l’on puisse diviser des demandes de brevets “en cascade” : cette possibilité ne servirait à rien si la demande véritablement importante pour l’évaluation des conditions précédentes est la demande “mère initiale” , non ?

3.2.4. Conditions classiques

En tout état de cause, le dépôt d’une demande divisionnaire reste le dépôt d’une demande : ainsi, les conditions de forme standard (description, requête en délivrance, etc.) doivent être respectées (R612-35 CPI, alinéa 1).

3.2.5. Indications spécifiques à la demande divisionnaire

La requête en délivrance doit mentionner (Directives d’examen de l’INPI, I-B III.1) :

Dans le cas contraire, la demande est traitée comme une demande “normale” (et la demande mère pourra être une demande opposable au titre de L611-11 CPI alinéa 3) (Directives d’examen de l’INPI, I-B III.1).

3.2.6. Demandeurs

Les demandeurs de la demande divisionnaire doivent être exactement ceux de la demande parente (R612-34 CPI et Directives d’examen de l’INPI, I-B III.4), à moins qu’une cession n’ait été inscrite, valablement, au RNB.

Si le demandeur ne coïncide pas avec les informations du RNB, le demandeur de la division est informé et il peut justifier de ce fait en produisant la preuve d’une cession non encore inscrite au RNB (Directives d’examen de l’INPI, I-B III.4).

3.2.7. Inventeurs

Comme toute demande de brevet, il est possible de désigner les inventeurs dans un délai de 16 mois à compter de la date de dépôt effective (ici, celle de la demande mère, R612-11 CPI, alinéa 2 ensemble R612-10 CPI, alinéa 1, 3°).

Néanmoins, pour les demandes divisionnaires, il est toujours possible de désigner les inventeurs dans un délai de 2 mois à compter de l’invitation de la R612-11 CPI (R612-35 CPI, alinéa 4).

Chapitre 4. Les taxes à payer

Section 4.1. Les taxes de dépôt, de recherche

4.1.1. Délai

Les taxes de dépôt et de recherche doivent être payées dans un délai 1 mois à compter de la division (R612-35 CPI, alinéa 1 ensemble R612-5 CPI).

Dans le cas contraire, la demande est rejetée (R612-45 CPI, alinéa 1, 2°).

Le déposant dispose d’un délai de 2 mois à compter de la date de réception de la notification de rejet pour payer la redevance correspondante majorée d’un supplément (i.e. 50 % de la redevance non payée, Arrêté du 24 avril 2008 relatif aux redevances de procédures perçues par l’INPI, Annexe) : si rien n’est fait, le rejet devient définitif.

4.1.2. Taxe de dépôt

Le montant de la redevance de dépôt est fixé à (Arrêté du 24 avril 2008 relatif aux redevances de procédures perçues par l’INPI, Annexe) :

4.1.3. Taxe de recherche

Le montant de la redevance de recherche est fixé à (Arrêté du 24 avril 2008 relatif aux redevances de procédures perçues par l’INPI, Annexe) :

Section 4.2. Les taxes de revendications

4.2.1. Principe

Si le nombre de revendications fournies dépasse 10, une taxe de revendication est due pour chaque revendication à compter de la 11e (R411-17 CPI).

Cette taxe est de 40 € pour chaque revendication à partir de la 11e (Arrêté du 24 avril 2008 relatif aux redevances de procédures perçues par l’INPI, Annexe).

4.2.2. Délais

Si le demandeur ne paye pas, une notification est envoyée au demandeur (R612-46 CPI, alinéa 1) en fixant un délai imparti pour payer cette taxe.

A défaut, la demande est rejetée (R612-46 CPI, alinéa 3).

Section 4.3. Les taxes annuelles

Lors du dépôt d’une demande divisionnaire française, il est nécessaire de payer les redevances annuelles (R613-46 CPI).

Concernant les échéances déjà échues, l’article R613-47 CPI prévoit que la redevance annuelle est considérée comme valablement acquittée si le paiement a “lieu au plus tard le dernier jour du quatrième mois suivant la date de réception des pièces de la demande divisionnaire” .

La question est alors : “les taxes déjà échues bénéficient-elles d’un délai de grâce de 6 mois de l’article L612-19 CPI alinéa 2 ?” .

Selon les directives de l’INPI (Directives d’examen de l’INPI, II-A 2), la réponse est sans appel : il convient d’appliquer le délai de 6 mois à compter de la fin du délai de 4 mois précédents.

Taxes annuelles pour une divisionnaire (interprétation de l'INPI)

Taxes annuelles pour une divisionnaire (interprétation de l’INPI)

Je suis personnellement plus réservé : à mon sens rien dans le code ne permet d’affirmer cela.

Si le délai de 4 mois est un délai pendant lequel le paiement “est considéré comme valablement effectué” (fiction juridique de l’article R613-47 CPI), la date d’échéance de la redevance annuelle (i.e. la date à laquelle est dû le paiement) ne me semble pas modifiée.

Ainsi, selon mon interprétation toute personnelle, le délai de 6 mois débute à la date d’échéance “normale” de l’annuité.

Taxes annuelles pour une divisionnaire (interprétation personnelle)

Taxes annuelles pour une divisionnaire (interprétation personnelle)

Je vous laisse décider laquelle des deux interprétations est correcte.

Section 4.4. Réductions de taxes

Une réduction de redevances est prévue si le déposant est (L612-20 CPI ensemble R613-63 CPI) :

Lorsqu’il existe plusieurs demandeurs, tous les demandeurs doivent satisfaire à ces conditions (R613-63 CPI).

La réduction est de 50 % pour (R613-63 CPI ensemble Arrêté du 24 avril 2008 relatif aux redevances de procédures perçues par l’INPI, Art 2) :

La réduction est de 25 % pour (R613-63 CPI ensemble Arrêté du 24 avril 2008 relatif aux redevances de procédures perçues par l’INPI, Art 2) :

Les redevances de revendications ne bénéficient pas de réduction.

Chapitre 5. Quelques éléments procéduraux

Section 5.1. Priorité

Il est possible de revendiquer une priorité si elle l’a été dans la demande mère (Directives d’examen de l’INPI, I-B III.5).

En revanche, il n’est pas possible d’ajouter une priorité sauf si elle est ajoutée (R612-24 CPI, alinéa 2 et 3) :

The QR code for this page is: