Convention européenne des droits de l’homme

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la convention européenne des droits de l’homme n’est pas une norme de l’union européenne.

(modifié le 15/10/2019)

Elle a donc droit à ce titre à un petit chapitre séparée 🙂

(modifié le 15/10/2019)

Chapitre 1. Historique

(modifié le 15/10/2019)

La Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, communément appelée Convention européenne des droits de l’homme (ou CEDH), est un traité international signé par les États membres du Conseil de l’Europe le 4 novembre 1950.

(modifié le 15/10/2019)

Le Conseil de l’Europe n’est pas une instance de l’union européenne contrairement au Conseil de l’union européenne et au conseil européen… il faut être très vigilant !

(modifié le 15/10/2019)

Chapitre 2. Application de la CEDH

(modifié le 15/10/2019)

Section 2.1. Pas d’application directe

(modifié le 15/10/2019)

Comme nous l’avons indiqué pour le droit de l’union européenne, la CEDH n’est pas d’application directe dans le monde de brevet, que cela soit pour un brevet européen classique, un brevet unitaire, que la JUB soit compétente ou non.

(modifié le 15/10/2019)

En effet, l’OEB ou l’Union ne sont pas signataire de la CEDH, seuls les Etats membres le sont.

(modifié le 15/10/2019)

Section 2.2. Application indirecte ?

(modifié le 15/10/2019)

Pour autant, l’OEB peut tout à fait reconnaitre certains principes généraux de droit communs à tous les états membres (D11/91).

(modifié le 15/10/2019)

La Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme contient des règles qui expriment des principes généraux du droit communs aux États membres de l’Organisation européenne des brevet. De telles règles doivent donc être considérées comme faisant partie du système juridique de cette Organisation et être observées par toutes ses instances.

(modifié le 15/10/2019)

A titre d’illustration, il est tout à fait possible/compréhensible d’invoquer des principes de la CEDH dans des dossiers impliquant :

(modifié le 15/10/2019)

  • l’ordre public (T149/11) ;
  • les produits pharmaceutiques et leurs implications concernant la santé;
  • la dignité humaine (T149/11 et T369/13);
  • la brevetabilité du vivant et/ou des embryons.

(modifié le 15/10/2019)

Chapitre 3. Interprétation de la CEDH

(modifié le 15/10/2019)

Seule la Cour Européenne des Droits de l’Homme peut interpréter la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

(modifié le 15/10/2019)

La Cour peut être saisie d’une requête par toute personne qui s’estime victime d’une violation de ses droits ou libertés, garantis par la Convention et les requêtes sont nécessairement dirigées contre un État contractant de la Convention.

(modifié le 15/10/2019)

Pour saisir la Cour, le requérant doit avoir épuisé l’ensemble des voie de recours interne (Article 35 CEDH)

(modifié le 15/10/2019)

Chapitre 4. Source de droit

(modifié le 15/10/2019)

Les sources de droits sont relativement limités :

(modifié le 15/10/2019)

  • La Convention Européenne des Droits de l’Homme en elle-même ;
  • 13 protocoles additionnelles (qui viennent modifier pour la plupart le texte de la convention).

(modifié le 15/10/2019)

Chapitre 5. Équilibre des différents principes de la CEDH

(modifié le 15/10/2019)

Comme pour le droit de l’union européenne, nous pouvons avoir certains “conflits” entre des principes énoncés dans la CEDH.

(modifié le 15/10/2019)

La Cour Européenne des Droits de l’Homme a adopté (comme le CJEU) le principe de proportionnalité afin de résoudre ces conflits : Pour la Cour Européenne des droit de l’Homme, il convient de vérifier que la loi des États est équilibrée avec le principe qu’elle remet en question.

(modifié le 15/10/2019)

Cependant, une large marge d’appréciation est laissée aux législateurs des différents pays (Chassagnou v. France, GC, 21 avril 1999).

(modifié le 15/10/2019)

De plus, le principe sera considéré comme plus ou moins “fondamental” en fonction du domaine auquel il s’applique : par exemple, la liberté d’expression sera quasi-sacralisé en ce qui concerne le domaine politique mais sera moins important en ce qui concerne le domaine commercial (AshbyDonald v. France, 10 janvier 2013 ou ‘Pirate Bay’, 19 févier 2013).

(modifié le 15/10/2019)

(modifié le 15/10/2019)

Les commentaires sont fermés.